[] Archimia

30/09/2010

De saison

L'automne est une drôle de saison :
Toute en couleurs,
Toute en odeurs,
Toute en nuances,
C'est l'époque des rosées dans les chemins
Et des rosés dans les prés,
C'est l'époque des brouillards carnivores,
Qui, méchamment,
En avançant doucement,
Toute la forêt dévorent,
Avant de fondre avant midi,
Sous un soleil ragaillardi,
Des terres qui fument et des pâtures qui ruissellent.

Ici, c'est aussi le moment où chacun retient son souffle,
Un dernier regard vers l'été,
Avant de se préparer vers la grande plongée :
La longue et délicieuse prison de l'hiver ...


26/09/2010

Petit matin

Le vaisseau de béton transperce le brouillard,
Puis s'embrase tour à tour et mes yeux accapare,


Lentement,
Plus le soleil se lève,
Plus les éclats chavirent,

De balcons en balcons,
Alors, le rêve,
Prolonge les plaisirs,

Le temps s'est arrêté, le silence est venu,
L'espace d'un instant, gamin redevenu,
Et puis l'effet s'estompe,
Je redescends sur terre,
Faudrait pas que je me trompe,
Et oublier l'horaire ...

Y'a des matins comme ça où on resterait bien le nez en l'air ...


24/09/2010

Châteaux

Châteaux.
Vies de châteaux :
Châteaux d'eau ou bien de sable,
Châteaux forts, bien sûr,
Châteaux de cartes, surtout,
En Espagne ou en Ardenne,

Châteaux en ruine,
Comme nos rêves d'enfants
...

21/09/2010

Cochère


Faire semblant de tout cacher
Et laisser voir le minimum,
Pour mieux qu'on imagine le reste ...

Séduction ou simple coquetterie ?

Se glisser comme un voleur,
Presque comme un voyeur,
Mauvaise conscience à l'appui,

Il y a tant de portes qu'on aimerait franchir ...

13/09/2010

Tanière

Sortir de sa tanière,


Reprendre doucement pied au milieu de ça,
Au milieu de tout.
Mettre de côté ses arrières pensées et ses drôles d'impressions,
Ses sentiments de "déjà-vu",
En repensant à cette photo,
Besson et Hortefeux,
Que je voudrais cépia,
Pour faire davantage encore :
Et régime et vichy,


Lentement, remettre les pieds dans la fange,
Replonger dans l'eau glacée,
Retrouver ses pauvres,
Chacun les siens,
Ceux qui vont à l'école le matin,
Ceux dont on ne parle jamais,
Parce qu'ils n'intéressent personne,
Et ne passent pas à la télé,

Photos archie : Parc de Wesserling (68)

Oui, descendre de là,
Du piédestal, de la coquille protectrice,
Parce qu'on sent ses mains sales,
Regagner le pétrin quotidien, ses fatigues et ses aberrations,
Redouter l'usure, mais avancer quand même,
Parce qu'on ne voudrait pas,
Surtout pas,
Rester muet en face de cette petite fille,
Avec ses grands yeux bleus,
Qui un jour,
Ne manquera pas de te demander :
"Et toi, au fait,
Qu'est-ce que tu as fait,
Pour empêcher ça ?"


 

referencement
referencement