[] Archimia

19/02/2011

Crépusculaire

Silhouettes du long du fleuve,
Ecrites là, tirées,
D'un seul trait de crayon,
Comme un dessin d'enfant.

Contours qui partagent la feuille
En deux mondes différents,
Du noir venu du soir au drapeau insolent,
Aux pâles lumières des cieux d'un soleil qui s'ennuie,
Vieillir, finalement, c'est peut-être découvrir la gamme des gris.



4 commentaires:

la Mère Castor a dit…

C'est une gamme infinie qui pour moi n'est jamais triste.

Le petit monde d'Archie a dit…

Pour moi non plus, rassure-toi ! :))

Fleur d'hiver a dit…

La gamme des gris est infinie, douce et un brin mélancolique.

Le petit monde d'Archie a dit…

Mais sans doute faut-il un "certain" âge pour commencer à l'apprécier ? :))

 

referencement
referencement