[] Archimia

04/02/2010

Virée

Par ce joli soleil d'hiver,
Je vous propose une petite balade,
Une vraie virée dans un espoir de lumière,
Pourquoi ne pas retourner à Auvers ?
Redécouvrir les ruelles montantes,
Qui serpentent entre les murs,
Mais t'aspirent vers le haut.




Puis arriver à l'église, étonnamment froide,
Revoir ces lignes si droites,
Que c'en est presque une insulte au tableau,
Se dire qu'il a marché là,
Qu'il a peint là,
Immensément seul, bien qu'entouré de monde,



Puis prolonger jusque plus haut,
Au terme de l'histoire,
De son histoire,
Là où la ville cède la place aux champs,
Si près du but,
Là où se reposeront Théo et Vincent,
Pendant encore longtemps,
Rester devant l'entrée du cimetière,
Attendre avant d'entrer et respirer Auvers ...





5 commentaires:

Anonyme a dit…

Se mettre Auvers,
Ne pas Gachet,
Ne pas attendre l'Arlésienne
Et ramasser la Galette au Moulin.

Duga
Lettre à l'Absinthe

Le petit monde d'Archie a dit…

Pfft ! Les absinthes ont toujours tort, de toute façon ...

Fleur d'hiver a dit…

Depuis le temps que j'ai envie d'y aller ! Ce n'est pourtant pas le bout du monde.

Cette église, c'est toujours l'exemple que je prends pour expliquer à quelqu'un la différence entre une photo et un tableau.

L'église, c'est une église, peinte par Vincent, c'est un chef d'oeuvre absolu qui m'a fait pleurer quand je l'ai vue à Orsay.

Duga, chapeau ! de plus en plus fort.

Anonyme a dit…

Je suis très rigoureux dans ce que je fais. En particulier, je vérifie toujours le sens des mots.
Le mot "absinthe" par exemple, je l'ai vérifié jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus dans la bouteille.

Duga
Pro du mot

Ptilou a dit…

Envie de se replonger dans la correspondance Vincent-Théo, si touchante. A Auvers, j'aime bien monter au cimetière tout au bout de la route dans les champs ; où il y a leur deux tombes côte à côte...

Ah ! l'église d'Auvers chargée de monumentalité...

 

referencement
referencement