[] Archimia

11/08/2010

Perché

Lâché la Bretagne,
Pour des cieux moins venteux,
Ici, au pays du Porcien,
Le long de la Champagne ardennaise,
Crayeuse comme un vieux tableau,
L'été,
Il arrive que les toits se transforment en jardin,
Et les jardiniers en couvreurs.
Les vieilles remises prennent des couleurs,
Qui rajeunissent leurs tuiles comme des demoiselles,
Au gré des averses ou du soleil.

Ici,
N'en déplaise à Verlaine,
Qui pourtant passa par ces lieux,
Lors de son escapade avec l'autre poète maudit,

Ici donc,
Disais-je,
Il n'y a pas que le ciel qui soit par dessus le toit,
Il y a aussi l'or de la nature,
Pour veiller sur nous.

Et le petit voyageur que je suis,
Poursuit son périple vers l'est,
Pas sûr que je pourrai vous envoyer des nouvelles,
Les grands espaces étant plus souvent désirables,
Que connectables.
Ne m'en veuillez pas trop, c'est les vacances ...






5 commentaires:

Fleur d'hiver a dit…

Cette photo prouve à l'évidence, que les Ardennes sont en avance sur leur temps. Il y longtemps que les Ardennais réalisent des toits végétalisés.

ptilou a dit…

Encore un toit, qui se fait mousser...

Fleur d'hiver a dit…

Bonne rentrée, Archie. Bon courage pour l'année qui commence.

Le petit monde d'Archie a dit…

Merci Fleur. Promis, je vais bientôt sortir de mon mutisme :)

ptilou a dit…

Ah oui ! ya un peu relâche !!!
comme chez moi d'ailleurs !
;-)

 

referencement
referencement