[] Archimia

16/06/2009

En rentrant

Juste après son escapade volontaire en pays vert,
Archie rentre. Il lit le journal, regarde la télé et écoute la radio.
Les messages téléphoniques s'entassent par dizaines sur le répondeur de l'école,
Les méls dérisoires comblent la boîte e-mail,
Un peu à l'image du papier toilette surabondant,

Qui bouche régulièrement les cuvettes,
Dans les WC de la cour des petits.


En rentrant, Archie dépouille le courrier.
Il repense à cette maman dont il vous a déja parlé,
Qui, la semaine d'après son déménagement,
A été incarcérée,
Pour je ne sais quelle connerie qu'elle avait faite,
Et sa gamine placée.

Il redécouvre ce monde, cet autre monde
Où il est question de faire travailler les gens jusque soixante-sept ans,
Pour mieux leur faire gagner cet argent,
Qu'ils dépensent en achetant le plus souvent,
Des choses qu'ils n'ont pas besoin.
En rentrant, il entend parler d'élection en Iran
Et de millions de manifestants,
En rentrant, il repense qu'il devra annoncer aux parents,

Ce soir, en conseil d'école,
La mise en place obligatoire à la rentrée de septembre,

De savon liquide et d' essuie-mains jetables,
Pour préparer les gosses au risque de pandémie grippale.

Oui il repense à tout ça, Archie,
Et ça lui fait un peu l'effet,
D'un gros dragster chromé lancé à plus de cent quatre vingt,
Qui percute de plein fouet,
Un de ces superbes blockhaus qui font la fierté de la ligne Maginot.





Alors il va dans son jardin, le soir.
Il se rapproche du houx,
Pour peu, il lui parlerait presque.
Il lui dirait que, bon dieu la vie ça doit être autre chose,
Qu'on a dû se planter depuis le début,
Que c'est pas possible autrement,
Que la vraie vie est ailleurs,
Loin de tout cela,
Qu'il y a des milliers de raisons de s'émerveiller à chaque minute,
Et qu'on ne sait pas le voir,
Qu'on est en plein soleil, mais que nos yeux sont fermés.
Cousus.


Voila. Il lui dirait ça s'il lui causait.
Mais là, il est un peu fatigué,
Et préfère se coucher.
Là. Dans l'herbe.

6 commentaires:

Mots d'Elle a dit…

Ah Archie, comme la lassitude du monde ambiant nous gagne parfois et comme nous nous sentons démunis pour y faire face...
Pour autant, le houx ne me semble pas la plante la plus "aimable" pour nous rassurer ( même si je suis injuste sans doute et oublieuse des couleurs de Noël)...mais là...le houx...je reste sceptique.

roudodoudourou a dit…

Content de te retrouver.

Oui Archie, "la vraie vie est ailleurs",
c'est ton collègue ardennais qui l'a dit!

J'ai été extrêmement frappé par ce mystère de la maman incarcéré...
Qu'a-t-il pu bien se passer?

Et puis je te félicite pour la très belle photo de la cabane, dans le post précédent.

la Mère Castor a dit…

Peut être que nous, tes lecteurs, sommes des buissons de houx aux oreilles bienveillantes.

Le petit monde d'Archie a dit…

Tu sais Yaëlle, je dis le houx parce qu'il est là, et bien vivant. ce pourrait être le châtaignier ou l'érable, mais en plus le houx, je l'aime bien : il avait 20 cm, quand je l'ai ramassé de sa forêt natale pour l'installer chez moi, alors forcément, on se connait :)) Il m'a piqué bien des fois, mais ça fait bien moins mal que d'autres avec des mots, et puis lui, piquer, c'est tout ce qu'il sait faire ... En plus, c'est une plante à croissance lente, le temps ne l'effraie pas. Enfin, j'ajouterai que le houx est, depuis la nuit des temps, le symbole des fêtes religieuses ou païennes. En ce qui concerne l'endroit où je vis, ce serait plutôt païenne (la déesse Arduinna n'était pas très bien vue par l'église :))

Merci Doudou. Pour la maman, je ne sais pas encore exactement. Et je n'ai peut-être pas forcément envie de le savoir. Ne pas juger, c'est mon principe. Mais je n'avais pas écris ce billet par hasard, elle m'avait "interpellé", et puis pour la gamine, c'est une vraie cata.
Le plus dur dans ce boulot, c'est de devoir admettre que de temps en temps, sans qu'on sache vraiment pourquoi, un coup de raclette efface tout ...

Merci pour vos oreilles bienveillantes, Mère Castor :) Elles me font du bien.

Fleur d'hiver a dit…

Je me demande parfois si ça fait vraiment du bien, de partir se "changer les idées", en voyage, en vacances, ou, par exemple, en Italie. Sur le coup, oui, sans doute, mais quand on rentre, on reçoit de plein fouet, en pleine figure, toute l'horreur, la trivialité, de la vie quotidienne, et c'est encore plus difficile à supporter que lorsque on n'en est pas sorti.

J'ai de la peine pour cette maman, tellement perdue, de la peine pour la petite fille placée. Comme la vie est dure.

Le petit monde d'Archie a dit…

Tu sais Fleur, on a pas tellement le choix, je crois. Partir, c'est avant tout respirer. Un peu comme ce blog. Je fais ça parce que j'en ai besoin, pour oublier ce que mon boulot me fait côtoyer...

Quant à cette maman, je n'ai pas encore toutes les informations, mais cette histoire est touchante, forcément.

 

referencement
referencement