[] Archimia

25/06/2009

A la billebaude, dans les maisons désertes

A trop vouloir s'élever,
Dans des greniers enfouis,
Par tant d'années de poussières,
D'histoires évanouies,




On prend de l'altitude,
Direct sous les toits,
Et on se sent sans voix,
Pénétré d'inquiètude.

On finit par risquer,
Dessus la balustrade,
Un coup d'oeil atterré,
Uniquement par bravade.




La vache, c'est déjà haut !
De la terre, je m'éloigne,
Tout habité d'Histoire,
Et de toiles d'araignées.

Je me sens déraper,
En spirale infernale,
Tout tourne autour de moi,
Mais non, c'est l'escalier.

Maison abandonnée qui piège ma raison,
De moi s'est bien jouée avec ses escaliers,
Tout de bois décorés,
Verticaux-limaçon ...

4 commentaires:

la Mère Castor a dit…

limaçon et axe de la maison. C'est une maison abandonnée ?

Le petit monde d'Archie a dit…

C'est une maison abandonnée. Ou plutôt non, elle a été abandonnée pendant des dizaines et des dizaines d'années, et, aujourd'hui, elle est en travaux de rénovation pour en faire des appartements (ce sont des fonds privés).

Et si elle a pu résister au temps, malgré cet abandon, c'est qu'elle fait partie d'un château-usine, installé en plein coeur de ville qui date de mille six cent cinquante environ, une manufacture royale de drap, batiment qui avait prudemment été mis "hors d'eau" dans les années soixante-dix ... en attendant qu'on ait des sous pour le retaper.
Comme quoi, tout arrive ...

Fleur d'hiv. a dit…

Ma foi, c'est plutôt une bonne nouvelle, restaurer ce bâtiment ancien pour y loger des gens, au lieu de le raser, ce qui se fait parfois.

elle-c-dit a dit…

J'en ai le vertige !
Bises mr..

 

referencement
referencement