[] Archimia

10/02/2009

La tempête et le verre d'eau


Moi, j'aime bien les tempêtes.
Je n'y peux rien. Ça fait longtemps que c'est comme ça. Gamin, déjà je restais à la fenêtre pour regarder les arbres se tordre, les feuilles tourbillonner, et bien en face (même si c'était interdit) les éclairs déchirants qui arrachaient les yeux.
Bien sûr, depuis, j'ai appris que tempête était aussi synonyme de malheurs, dégâts, catastrophes, ... mais je crois que rien n'y fait : j'aime bien les tempêtes.


Oui j'aime entendre le vent hurler sur ce qui passe,
Ecouter les volets claquer dans la maison
Et la pluie fouetter la façade-cuirasse.

J'imagine la terre grondant, se révoltant,
Je nous sens minuscules, et pourtant si présents,


Mais j'aime par-dessus tout la tempête-surprise,
Celle qu'on attendait pas, qui prend au saut du lit,
Et qui par sa violence, éclabousse d'étrange,
Qu'on avait pas rangé dans une alerte orange,
Celle qu'on ne noiera pas dans le fameux verre d'eau.

10 commentaires:

Catherine a dit…

Depuis 1999, je fais moins la fière... Mais j'aime les tempêtes de neige et les orages. Les paysages qu'on voit une fraction de seconde quand l'éclair tombe, c'est magnifique. Et le calme, la pureté après la neige... magique.

roudodoudourou a dit…

Moi aussi, je suis un inconditionnel du vent qui ébouriffe les cheveux!

Fleur d'hiver a dit…

Moi, j'adore les orages. On a beau me dire que c'est dangereux, ça n'y fait rien.

J'aime, après quelques jours étouffants, voir le ciel se couvrir, le vent se lever, par intermittence, voir les éclairs, entendre le grondement du tonnerre, et enfin, recevoir sur la tête les premières gouttes. Ensuite, rentrer en vitesse et regarder.

Dorham a dit…

Et bien, on se rejoint. Entrendre toute la baraque craquer, le bois se déglinguer, les arbres ployer, les gouttes de pluie cingler (merci Bjürn) les vitres, et puis, se sentir à l'abri.

Parfois, partir à l'aventure, se faire renverser par le vent.

Je me souviens être passé un jour de grand vent dans la petite ville de Talmont. L'Eglise donne sur une digue puis sur l'océan, les vagues s'y écrasent toute l'année, le vent vous gifle, vous donne l'impression d'être bien là, bien vivant...

C'est se confronter à la nature. Même le petit parisien que je suis peut aimer ça : énormément :)

la Mère Castor a dit…

Tout pareil j'aime le vent, l'orage et la tempête. Un jour d'orage une boule de feu est entrée dans la maison (la porte fenêtre était grande ouverte, pour mieux en profiter)elle a fait le tour de ma petite personne et puis est ressortie par où elle était entrée. Depuis je suis (un peu) plus prudente. Dans le midi nous avons de beaux orages à la fin de l'été, soulagement après les mois de canicule. Evidemment les gens qui voient un arbre s'abattre sur leur maison ou pire voient les choses autrement. C'est que nous sommes très petits face aux colères de la nature.

Catherine a dit…

Mère Castor, je vous imagine comme le professeur Tournesol dans Tintin. J'aurais aimé voir ça !

≈≈≈ a dit…

C'est un club ?
Y'a un nid, ici !
Bon, bein.... Le texte décrit si bien les sensations que je ne rajouterai rien d'autre que :

Idem pour la tempête, en revanche, je lève mon verre de vin et le bois à votre santé sans m'y noyer.

Mots d'Elle a dit…

Au risque de faire bande-à part-, moi je préfère la quiétude du verre d'eau, l'eau plane et douce sans aspérité! J'aime pas le vent, j'aime pas la pluie, na!

ptilou a dit…

Autant en emporte le vent et blowin' in the wind...

La nature est belle, mais il faut s'en protéger... elle aura notre peau !

Le petit monde d'Archie a dit…

Ainsi donc, mon engouement pour les tempêtes est largement partagé, semble-t-il. Rassure-toi, Mots d'elle, on ne t'en voudra pas si tu ne fais pas partie du "nid" (à propos, je trouve ça superbe, le nid, comme idée, ≈≈≈!)
Et puis l'eau plane et douce a ses charmes aussi, bien sûr :)
Mention spéciale à Mère Castor qui arrive à jouer au diabolo avec la foudre ... C'est vrai que là, l 'image du professeur Tournesol s'impose ...
Ah oui Dorham : toute la baraque qui craque et le bois qui se déglingue, ça, c'est vraiment quelque chose (j'habite une vieille maison, je vois très bien ce que ça donne)
Bref, c'est Ptilou qui a raison pour la conclusion : elle aura notre peau.

Oui, vraiment je crois :)):

 

referencement
referencement