[] Archimia

17/02/2009

Photocar

J'avais déjà expérimenté cette technique il y a un peu plus d'un an. J'appelle ça la "photocar", néologisme un peu douteux, mais tu peux lui donner le nom que tu veux ...

Pour essayer, il te faudra un chauffeur (c'est plus prudent) et toi. Vous roulez tous les deux, la nuit (en ville, en forêt à la campagne, où tu veux), et tu colles ton nez à l'appareil.

De temps en temps, tu te mets en pose ... et tu attends.

Comme tous les petits miracles, ça ne réussit pas toujours du premier coup, mais quelquefois, vraiment, ça vaut la peine.


Et je pense à celui qui disait " L'art est un jeu d'enfant".
C'est pourtant vrai Max.

Et Ernst ajoutait, et c'est un formidable espoir :
"Telle est la vocation de l'homme : se délivrer de sa cécité."

Ah ! Le surréalisme ... quand même !!!



6 commentaires:

Dorham a dit…

Je n'aime pas trop ni le surréalisme ni même son concept. Selon moi, tout est réalité, il n'y pas de surréalité ni de subréalité, tout est expression.

En revanche, je souscris absolument à cette idée que l'art est jeu d'enfant... Une escapade facétieuse en tout cas (mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a rien de sérieux ou d'important là dedans, bien au contraire).

Bref, pendant que tu déambules en voiture, y a quoi comme musique dans ton autoradio, dis ?

(comme tu le vois, ce billet là me parle Archie...)

≈≈≈ a dit…

J'avoue... parfois prendre des photos au volant. Mais juste un peu !
Y'en a bien qui téléphonent !

Quand je vois ta (tes) photo(s) je me dis que le jour est beau comme un tableau "impermanent" et la nuit est magique comme un monde de sorcières; tout se transforme.
Même à jeun, si !

Le petit monde d'Archie a dit…

Il y aurait beaucoup à dire en matière de surréalisme, en bien ou en moins bien évidemment.
N'empêche, comme tous les mouvements, il aura eu le mérite de mettre l'accent sur la création. Or, qu'elle soit voulu ou non, calculée ou fruit du "hasard", elle reste le principal moteur qui nous arrache de notre quotidien, Dorham.

J'avoue qu'il y a des choses, là-dedans, qui me plaisent et d'autres moins. Mais il faut JOUER avec tout ça. Je crois que c'est la clé.
Alors, quant à ta question, je peux écouter différentes choses : des fois, même, rien du tout(!) sinon ça peut aller du folklore irlandais jusqu'à des groupes commes "les ogres de Barback", "Têtes raides" (pas mal celui là) ou des lyriques délirants plus anciens genre Klaus Nomi. Ça dépend de mon état d'âme et de celui du conducteur, bien sûr :))) Heureux que tout ça te parles, Dorham !

Comment ça ≈≈≈ , prendre des photos au volant ??? Mais t'es un danger ambulant :)
J'aime beaucoup ce terme d'"impermanent" ... (même à jeun!)

rogers a dit…

j'ai fait ça plein de fois à mes débuts en numérique dans l'autre siècle ,p.... que ça passe vite !
ça marche bien aussi en mode programme en iso maitrisé ...
j'ai réussi aussi avec l'aide du hasard des surprenantes images , de là à classer cela dans mouvement artistique ;-))

Le petit monde d'Archie a dit…

Non, tout cela est sans prétention Rogers, mais toute création artistique est souvent au départ sans prétention, de toute façon.

La recherche du beau est quelque chose qui prend du temps. Qu'importe. Il faut bien que le temps serve à quelque chose, non ?

ptilou a dit…

Flouter et riper du mouvement en ville est un jeu sans fin. On peut accentuer et radicaliser la démarche en "débranchant" l'autofocus et en floutant la mise au point de peu ou de beaucoup. On obtient des visions de myopes assez belles.
J'en avais fait des diaporamas en stéréo avec illustrations sonores à base de Fripp & Eno (époque no pussyfootin'). A tester dans l'autoradio au fil des déambulations nocturnes...

"drivin in LA, speedin' along the highway"

 

referencement
referencement