[] Archimia

14/12/2009

Les gardiens

Des fantômes dans la ville, en habit de totem,
Bordent le fleuve noir sur fond de requiem.

L'hiver, qui les dénude et l'homme, qui les nettoie,
Donnent à leur attitude un peu de désarroi.
Les gardiens débonnaires sous qui on s'abritait,
Sont devenus polaires, intimant le respect,
Et vois leurs mains crispées, dirigées ver le ciel,
Leurs doigts devenus crochus, menaçants : essentiels.




5 commentaires:

Dorham a dit…

Très mystérieux cliché, tout comme l'est ce dernier adjectif, giclant pour ainsi dire.

Fleur d'hiver a dit…

Au printemps, ils se couvriront de manchons d'un vert éclatant.

Plus on les taille et plus ils reverdissent.

Ce n'est valable que pour les arbres.....

azerty a dit…

Le premier lève quand même les bras, pardons les branches, en forme de V, en signe de victoire, comme les supporters de foot.
Il arrive aussi qu'on lève les bras au ciel avant de les laisser retomber brutalement.
En signe d'abattement.
Pour les arbres, c'est un mauvais signe.

Duga
Abattu personne

Mots d'Elle a dit…

Il faut avoir une grande connaissance et confiance en la nature pour "mutiler" ainsi ces arbres chaque année. Je les regarde avec inquiétude tous les ans, et ceux-ci, dans le clair-obscur, semblent quand même se plaindre du traitement infligé.

Le petit monde d'Archie a dit…

Merci Dorham. Ce commentaire me va sincèrement droit au coeur. Je ne sais trop pourquoi, ces arbres me rappellent inexorablement cette toile de Van Gogh connue pour être sa dernière : "Champ de blé au corbeaux" ... va savoir ...

Effectivement, Fleur, ça ne marche que pour les arbres :))

Duga, je ne vois que toi pour y faire un rapprochement avec des supporters de foot. C'est ainsi. si tu n'existais pas, ... :))

Lever les bras au ciel avant de les laisser tomber brutalement ... un genre de "ola" en somme :)

Yaëlle, je ne sais pas vraiment s'ils se plaignent. Côtoyer l'homme, vivre avec lui est quelque chose qui se paye, de toute façon, n'est-ce pas ? Mais tu as raison dans ce sentiment d'inquiétude sourde qui ressort. L'hiver est décidément une drôle de saison ...

 

referencement
referencement