[] Archimia

17/12/2009

Noël, ça se fait chaque année



C'est sur cette chanson de Prévert, que je trouve extraordinaire (tant par la mélodie, que par les paroles) que je vous laisse dériver ce matin, sur la voix de Catherine Sauvage ...
Noël est un drôle de truc :
Un genre d'obligation morale,
Qui frappe à toutes les portes,
Des plus belles aux plus sordides,
Comme si tous les enfants du monde avaient au moins ce droit,
Celui d'être heureux ce soir-là.
Qu'ils aient les mains sales ou propres,
Qu'ils aient froid ou chaud,
Qu'ils aient vraiment faim ou qu'ils n'aiment pas la brioche.
Dans une semaine, le réveillon,
En même temps absurde et attendrissant,
Comme l'espoir dans les yeux d'un enfant,
Comme ce monde qu'on nous impose, tout en noir et en blanc.




10 commentaires:

Mots d'Elle a dit…

Ta photo me glace tant je la trouve triste...Noël "ça se fait" oui, même chez ceux qui n'ont rien toute l'année ( ceux de la rue en particulier). Je ne suis toujours pas au clair avec "mon" Noël à moi, tout en dinde et cadeaux, mais j'adore les regards brillants et les sourires. Je ne suis pas à un paradoxe près...alors je m'arrange avec ma conscience en participant au Noël des sans-abris de ma ville, un peu pour moi, un peu pour eux, c'est beau quand ils rient aussi!

Fleur d'hiver a dit…

Je déteste les père noël cambrioleurs.

Celui là est particulièrement désolant, étant donné l'environnement.

Le petit monde d'Archie a dit…

Yaëlle, cette photo, je l'ai prise pour "glacer" tout le monde, moi le premier. Parce que oui, ça existe, et ça ne servirait à rien de faire semblant de ne pas le savoir.
Elle met mal à l'aise, forcément. Non pas que je me complaise dans la misère, mais je crois qu'il faut la montrer, chaque fois qu'on peut, même si ça fait mal.

Et puis, Noël, ce peut être aussi tout autre chose, tu le dis si bien : "c'est beau quand ils rient aussi". Sans promesse, sans prétention, simplement un moment, ne fut-ce qu'une seconde, pour dessiner un sourire sur un visage ...

Désolant, écris-tu Fleur, moi, je le sens sordide, même. Et pourtant, c'est ici, chez nous. Et en ce moment...

Mais surtout écoutez la chanson jusqu'au bout, elle raconte si bien ce ressenti tellement difficile à décrire, même avec une photo.
Ah Prévert, si tu savais comme tu nous manques !
Bon, la prochaine fois, je ferai plus gai. Promis.

Fleur d'hiver a dit…

Noël, ça se fait, oui. Mais il y a un tel abime entre ceux qui vomiront leur foie gras et ceux qui iront aux restos du coeur. Il y avait des pauvres du temps de Prévert, il y en a toujours, les restos ont vingt cinq ans et nourrissent de plus en plus de monde.

J'ai eu une enfance pas riche d'argent mais il y avait tout ce qu'il fallait chez nous, de la chaleur et de la nourriture. Personne n'étalait des richesses insolentes dans le village et la frustration qui se fait jour maintenant n'existait pas.

On a créé des besoins débiles et artificiels et on fait croire aux gens qu'ils ne peuvent pas vivre sans.

Pas de rolex à cinquante ans = vie ratée ?

Comment supporter une telle dégradation des vraies valeurs ?

azerty a dit…

Non, ce n'est pas le Père Noël. C'est un gars de l'EDF en tenue spéciale de sécurité.

Ce qui n'enlève rien au fait que, derrière ces façades, il y a des tragédies sociales dont l'acuité prend un relief particulier dans cette période de pseudo-euphorie familiale et commerciale.

Cela me fait penser que j'ai entendu ce matin un type dire qu'il faudrait reporter Noël au mois de Février, au moment des soldes.
Quand on sait en plus que Noël n'a aucune justification religieuse puisque cette fête est un recyclage de la célébration païenne du solstice d'hiver, célébration à laquelle la religion a raccroché une histoire de naissance aussi invraisemblable que rocambolesque d'un supposé fils d'un dieu.

Duga
Roi mage

elle-c-dit a dit…

Chez nous c'est un Noël patchwork.. Un jour ici , un jour là bas, le 25 connait pas...Des familles recomposées depuis plusieurs générations...
Et chaque année le blues est au rendez vous.. Peut être un peu moins cette année...

Le petit monde d'Archie a dit…

Je n'ai pas la réponse à ta question Fleur, peut-être que c'est juste une page qui se tourne, une page nouvelle qui s'ouvre où ni toi, ni moi n'avons de place ... je ne sais pas. Je ne juge pas, je regarde, je décris.

Peut-être même dans cinquante ans, un type regardera cette photo et lira nos propos et se posera bien d'autres questions. Nous ne sommes que des voyageurs du temps, pas vrai ?

Un type de l'EDF, Duga ? Z'ont pourtant pas trop l'habitude de faire des cadeaux, ceux là ...

Quant à la justification ... elle s'est perdue depuis que les marchands du temple font feu de tout bois, j'imagine.
Ici Noël est surtout ressenti comme la fête des enfants. Tous les enfants. Arabes, turcs, etc...
La religion, tu sais, c'est un truc comme un autre pour occuper les masses.

Drôles de moments que cette fête là, Elle-c-dit, mais si elle est un peu moins blues cette année, c'est peut-être juste quelque chose qui change dans ta façon de la regarder ... et c'est peut-être : tant mieux !

Beaucoup de "peut-être" dans mon billet, c'est vous dire à quel point ce moment là de l'année me rend ... indécis.

azerty a dit…

Indécis oui mais optimiste quand même.
Peut-être indique un pouvoir, une potentialité d'être.
C'est mieux que rien.

Duga
Yakafokon

Le petit monde d'Archie a dit…

Ça, je dois bien le reconnaître Duga : je suis désespérément optimiste : c'est mon plus grand défaut ...

azerty a dit…

Désespérément optimiste. On n'est pas loin de l'oxymore là.
A ne pas confondre avec l'occis mort qui est un pléonasme.

Duga
Plait à personne

 

referencement
referencement