[] Archimia

19/05/2009

Petit

Huit cent soixante-douze ans qu'elle fait la belle dans sa clairière,
Qu'elle pose le jour, la nuit, en toute saison,
Pour tous ces égarés qui veulent la conserver,
Sur un petit carré de papier à encadrer.

Vue de la nationale,
La Chartreuse du Mont-Dieu n'est qu'un mot,
Sur un panneau.
Une petite route forestière,
Quelques centaines de mètres,
Et puis il y a ce petit virage,
Juste après lequel, elle te saute à la figure,
Et d'un seul coup, elles te rattrapent,
Ces huit cent soixante-douze années,
Comme un barrage qui s'ouvrirait devant toi ;
Te voila cloué, submergé, emporté,
Par des vagues d'années qui déferlent devant toi.
Tu vois les moines chartreux attaquer la forêt,
Assécher les marais des Hautes et Basses Molières,
En creuser des canaux pour drainer davantage,
Tu vois aussi le sang des guerres de religion ou de révolution
Tu vois les destructions du temps ou bien des hommes
Qui savent si bien rayer tout ça d'un petit coup de gomme
.



Alors, et alors seulement, tu comprends,
A quel point le lieu est important,
Au moins autant que le bâtiment.
La Chartreuse est tellement là qu'on a plus besoin de la voir.

Tu fais le tour,
Des alentours,
Et tu la lis en contre-jour.
Tu finis même par voir à travers,
Tu es petit, tout petit.

6 commentaires:

roudodoudourou a dit…

"La Chartreuse est tellement là qu'on a plus besoin de la voir."

Très beau.
Très belle photo aussi.

Ah! l'esprit des lieux!

Fleur d'hiver a dit…

Je la connais, cette Chartreuse, elle est saisissante. Je ne savais pas qu'elle était aussi ancienne.

Trés belle photo.

Catherine a dit…

On a plus besoin de la voir et on ne la voit pas, nous. Je proteste ! La photo est belle et artistique mais j'espère que tu nous la montrera un de ces jours sans contre-jour.

Le petit monde d'Archie a dit…

Je comprends la frustration de Catherine, ... à l'occasion je te la montrerai : promis :)
Pourtant la vérité est là, c'est plus le lieu que véritablement l'édifice (dont il ne reste qu'un vingtième environ) qui est fort .
La forêt en bordure, et cette immense clairière qui impose silence et respect. Les animaux sauvages traversent le lieu régulièrement (la forêt du mont-Dieu est grande et peuplée) et ça ajoute au sentiment de sérénité absolue ...

Comme dit Doudou, l'esprit des lieux ....

Si tu en a l'occasion, Fleur, retourne la voir. C'est chaque fois un enchantement.

Catherine a dit…

Je suis allée la voir sur le net. Endroit très impressionnant. Didier et iront y faire un tour en juin.

Le petit monde d'Archie a dit…

Vous verrez : vous ne serez pas déçus ...

 

referencement
referencement